Académie internationale du fiqh islamique

Académie internationale du Fiqh Islamique
Histoire
Fondation
Cadre
Sigle
AIFIVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Siège
Pays
Organisation
Site web

L'Académie internationale du Fiqh islamique (arabe : مجمع الفقه الإسلامي الدولي) est une institution islamique internationale pour l'étude avancée de la jurisprudence et du droit musulmans basée à Djeddah en Arabie saoudite. Elle a été fondée à la suite d'une résolution de la troisième conférence islamique au Sommet de l'Organisation de la Coopération islamique, tenue à La Mecque, qui demandait la création d'une Académie de Fiqh islamique[1]. L'Académie internationale du Fiqh islamique a ensuite été créée en juin 1983 en tant qu'organe subsidiaire de l'Organisation de la coopération islamique. Elle compte 57 États membres et représentants[1].

S'appuyant à la fois sur les sciences islamiques traditionnelles et sur les branches modernes de savoir, l'AIFI cherche à faire progresser les connaissances dans les domaines de la culture, des sciences et de l'économie. L'objectif principal de l'AIFI est d'aborder les questions liées à l'humanité conformément à la Charia et à l'éthique islamique. Les activités de l'AIFI s'articulent autour de la conduite de recherches et de documentations ainsi que de l'organisation d'événements et de rencontres entre les érudits et experts musulmans dans divers domaines de savoir[2]. Les résolutions et les recommandations de l'Académie abordent divers problèmes mondiaux du point de vue de la Charia[3].

L'AIFI est considérée comme l'agence religieuse et le bras jurisprudentiel de l'OCI. Elle conseille également d'autres organisations non islamiques, les conseils de Fiqh, et coopère avec eux. L'AIFI réunit chaque année les experts musulmans les plus éminents du monde[4]. Le président actuel de l'Académie est le cheikh Dr Salih bin Abdullah al-Humaid, imam à la Grande Mosquée de la Mecque. Le Secrétaire général en exercice est le professeur Koutoub Moustapha Sano, ancien ministre des Affaires religieuses de la République de Guinée, érudit et penseur musulman de renom.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

L'Académie Internationale du Fiqh Islamique est créée en juin 1983 à la suite d'une résolution de l'OCI lors du troisième sommet islamique de la Mecque[5].

Présidents et secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

L'Académie a eu 2 présidents et 4 Secrétaires généraux depuis sa fondation. Le Secrétaire général de l'Académie est nommé par un décret de l'OCI parmi les membres les plus éminents de l'Académie, pour un mandat renouvelable de quatre ans.

L'actuel Secrétaire général de l'AIFI est le professeur Koutoub Moustapha Sano qui a pris ses fonctions en octobre 2020 après avoir occupé pendant une douzaine d'années plusieurs postes de haut niveau au sein du gouvernement de la République de Guinée, principalement en tant que ministre des Affaires religieuses, ministre de la Coopération internationale et ministre des Affaires diplomatiques à la présidence de la République de Guinée. En 2007, alors qu'il était vice-recteur (2005-2009) chargé de l'internationalisation et de l'innovation à l'Université islamique internationale de Malaisie, l'ancien sultan de Pahang, aujourd'hui roi de Malaisie (2019-), lui a conféré le titre honorifique de Dato[6].

Bien que la nomination de l'actuel Secrétaire général soit antérieure à la pandémie de COVID-19, son prédécesseur, le professeur Abdulsalam al-Abbadi, a succombé le 10 août 2020[7] à l'Hôpital Saoudien-Allemand de Djeddah, quelques semaines avant la fin de son mandat de Secrétaire général de l'Académie, apparemment en raison de complications liées au Covid-19. Il a été enterré au cimetière de Jannat al-Mu'alla à La Mecque.

Présidents[modifier | modifier le code]

Secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

Adhésion[modifier | modifier le code]

L'AIFI étant un organe subsidiaire de l'Organisation de la Coopération islamique, elle compte les mêmes 57 États membres[8]. La plupart de ces pays sont à majorité musulmane, et la grande majorité d'entre eux ont un représentant officiel élu par leur gouvernement en tant que représentant de leur pays à l'Académie. Nombre de ces représentants sont d'anciens ou d'actuels ministres des Affaires religieuses, des grands mouftis ou d'éminents érudits[9].

Les représentants des États membres participent régulièrement à la session annuelle et aux événements de l'Académie, en plus des centaines de chercheurs, d'experts et d'universitaires, provenant d'États membres et non membres, qui contribuent à sa session annuelle et à ses divers séminaires[10].

Pandémie Covid-19[modifier | modifier le code]

L'AIFI intervient pendant la pandémie de COVID-19 en sensibilisant le public aux mesures de sécurité et de prévention contre le coronavirus[11], en adressant aux États membres de l'OCI et aux organisations internationales du monde entier une fatwa approfondie sur la pandémie de COVID-19, et en exhortant les populations musulmanes et les dirigeants locaux à respecter les mesures de précaution émises par les gouvernements et les autorités sanitaires pour lutter contre la pandémie et en minimiser les effets.

L'AIFI prend fermement position contre la pandémie de coronavirus et est l'une des premières institutions islamiques à condamner les théories de conspiration sur le Covid-19 et à appeler à appliquer les mesures préventives publiques. Elle a réfuté les fatwas aberrantes émises par des mouftis isolés et des organismes peu fiables qui mettaient en doute le traitement Covid-19 ou appelaient à la désobéissance publique aux mesures préventives. Au contraire, l'AIFI a exhorté les publics à s'appuyer sur les avis juridiques islamiques de savants et de médecins renommés pour faire face à la pandémie de Covid-19[11].

Éthique de recherche médicale[modifier | modifier le code]

L'Académie internationale du Fiqh islamique a contribué à l'autorisation de la transplantation d'organes. En 1986, l'Académie internationale du Fiqh islamique reconnait la mort cérébrale comme une forme de mort reconnue en Islam. Cela permet le début immédiat des transplantations d'organes en Arabie saoudite. L'AIFI émet par la suite une fatwa sur la transplantation d'organes qui a accéléré cette pratique[12].

En 1992, 1997, 2004, 2006 et 2018, l'AIFI a émis des résolutions (fatwas) sur l'éthique de la recherche médicale. D'autres organisations ont émis des fatwas similaires - certaines en coopération avec l'AIFI - notamment l'Organisation islamique des Sciences médicales du Koweït, le Conseil du Fiqh Islamique d'Amérique du Nord, Dar Alifta Al-Misriyah et l'Association Médicale islamique d'Amérique du Nord.

L'AIFI a également joué un rôle important dans la définition des normes de confidentialité dans la recherche médicale par le biais de fatwas institutionnelles[13]. Elle a publié une résolution sur le jeûne du Ramadan pour les personnes diabétiques[14].

Lutte contre l'extrémisme et le terrorisme[modifier | modifier le code]

Depuis sa création en 1984, l'Académie internationale du Fiqh islamique s'engage à lutter contre l'extrémisme et le terrorisme, et à promouvoir des valeurs de modération et de tolérance fondées sur une compréhension approfondie des sources islamiques[15]. Plusieurs membres et collaborateurs de l'Académie sont signataires du Message d'Amman (2004) et de la Déclaration de La Mecque (2019)[16].

L'Académie internationale du fiqh islamique a publié plusieurs déclarations et résolutions condamnant la violence et les différentes formes d'extrémisme sur la base du Fiqh et de la Charia[17]. En octobre-novembre 2018, la Déclaration de Médine[18] a été émise lors de la 23ème session de l'Académie à Al Madinah Al Munawwarah. Elle a appelé à la tolérance confessionnelle et jurisprudentielle, à la coopération et à l'intégration entre les différentes écoles et confessions musulmanes[19],[20].

En juin 2006, sous les auspices de l'AIFI, plusieurs dizaines de leaders religieux irakiens des factions sunnites et chiites ont participé à une réunion de deux jours[21] près de al-Masjid al-Haram à La Mecque et ont signé le Document de La Mecque qui appelait à prendre des mesures pratiques pour mettre fin à la violence sectaire en Irak dans l'ère d'après-Saddam. Le Document de La Mecque appelait soi-disant à la formation de comités dans diverses régions d'Irak et à l'organisation de séminaires réunissant des chefs religieux et des érudits sunnites et chiites[22].

États membres et représentants[modifier | modifier le code]

La liste suivante contient les États membres, la date d'adhésion et leurs représentants actuels. L'AIFI compte les mêmes 57 États membres que son organisation mère, l'Organisation de la Coopération islamique, ainsi que d'autres institutions subsidiaires telles que la Banque islamique de Développement et l'Organisation islamique mondiale pour l'éducation, les Sciences et la Culture[réf. nécessaire].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) LLC, « 3rd OIC Islamic Summit resolution no. 8/3-C(I.S.) »
  2. (en) « Open Year Book : IIFA »
  3. (en) Resolutions and Recommendations of the International Islamic Fiqh Academy 1985-2000, Jeddah, Islamic Development Bank, , 270 p. (ISBN 9960-32-090-1, lire en ligne)
  4. (en) Hazem Hussein/Hatem Mohamed, « 24th International Islamic Fiqh Academy Conference 2019 commences in Dubai », sur Emirates News Agency,
  5. LLC, « 3rd OIC Islamic Summit resolution no. 8/3-C(I.S.) »
  6. « Advisor to President of Guinea joins Muslim Council of Elders »
  7. « Mourning the death of Prof. Abdulsalam Al-Abbadi »
  8. « OIC and IIFA Member States List »
  9. « IIFA Member States Representatives List »
  10. Ekmeleddin İhsanoğlu, The Islamic World in the New Century: The Organisation of the Islamic Conference, (ISBN 9781849040631, lire en ligne)
  11. a et b (en) « Organization of Islamic Cooperation holds virtual symposium on COVID-19 », sur Arab News, (consulté le )
  12. Mohammed Albar, « Organ transplantation: A Sunni Islamic perspective », Saudi Journal of Kidney Diseases and Transplantation, vol. 23, no 4,‎ , p. 817–22 (ISSN 1319-2442, PMID 22805399, DOI 10.4103/1319-2442.98169 Accès libre)
  13. (en) Ghiath Alahmad et Kris Dierickx, « What Do Islamic Institutional Fatwas Say About Medical and Research Confidentiality and Breach of Confidentiality? », Developing World Bioethics, vol. 12, no 2,‎ , p. 104–112 (ISSN 1471-8847, PMID 22702346, DOI 10.1111/j.1471-8847.2012.00329.x)
  14. SA Beshyah, « Fasting during the month of ramadan for people with diabetes: Medicine and fiqh united at last », Ibnosina Journal of Medicine and Biomedical Sciences, vol. 1, no 2,‎ , p. 58 (ISSN 1947-489X, DOI 10.4103/1947-489x.211054)
  15. « Amman Message website IIFA resources »
  16. The Charter of Makkah - Official Document (lire en ligne)
  17. « Al-Othaimeen Highlights the Efforts of the International Islamic Fiqh Academy in Promoting Moderation and Countering Terrorism »
  18. « Madinah Declaration »
  19. « International Islamic Fiqh Academy event to suggest ways to fight social issues »
  20. « Prominent Muslim figures: religious, cultural diversity does not justify 'conflict' »
  21. Mecca Document (lire en ligne)
  22. ReliefWeb, Makkah Al-Mukarramah declaration on the Iraqi situation ("Mecca Document") (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]