Francia Márquez

Francia Márquez
Illustration.
Francia Márquez en 2022.
Fonctions
Vice-présidente de la République de Colombie
En fonction depuis le
(12 jours)
Élection 19 juin 2022
Président Gustavo Petro
Prédécesseur Marta Lucía Ramírez
Biographie
Date de naissance (40 ans)
Lieu de naissance Suárez (Colombie)
Nationalité Colombienne
Parti politique Pôle démocratique alternatif
Diplômée de Université de Santiago de Cali
Profession Militante des droits de l'homme

Francia Márquez
Vice-présidents de la République de Colombie

Francia Elena Márquez Mina, née le à Suárez, est une femme d'État colombienne. Militante des droits humains et de l'environnement, elle est vice-présidente de la République de Colombie depuis le 7 août 2022.

Elle reçoit le prix Goldman pour l'environnement en 2018 pour son travail contre l'extraction illégale de l'or dans sa communauté de La Toma[1]. Elle est notamment connue pour l'organisation de la « marche des Turbans », rassemblement de 80 femmes qui ont parcouru 500 kilomètres jusqu'à la capitale Bogotá[2]. Elles revendiquent la fin de l'exploitation illégale des mineurs et des mines dans leur communauté[3],[4],[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Les ancêtres de Francia Márquez ont été déportés d'Afrique au XVIIe siècle pour travailler comme esclaves dans les colonies espagnoles[6].

Elle naît en 1981[7] à Yolombó, corregimiento de la municipalité de Suárez dans le Cauca[8]. Elle a grandi seule avec sa mère[9].

Mère célibataire à l'âge de 16 ans, elle doit interrompre ses études et travailler comme employée de maison[10].

Entre 1994 et 1997, elle participe au processus d'évaluation des impacts que générerait à sa communauté et sur le territoire le gigantesque projet de déviation du fleuve Ovejas vers le barrage Salvajina.

Engagement local et activisme[modifier | modifier le code]

Originaire du Cauca, une région marquée par la guerre civile et en proie au trafic de drogue et à l’accaparement des ressources, Francia Marquez participe depuis ses treize ans à des luttes pour les droits des populations marginalisées[6]. Elle se bat ainsi contre les multinationales qui exploitent les alentours de la rivière Ovejas, expulsant parfois des lieux les populations locales[9].

En 2009, elle s'engage au Conseil communautaire de La Toma, à Suárez, pour lutter contre l'exploitation des mines alentour sans l'autorisation des habitants[11], tout en commençant à étudier le droit pour acquérir des compétences juridiques mises à profit dans ce conflit[2]. Entre 2010 et 2013, elle préside l'association des femmes de Yolombo (Asociación de Mujeres Afrodescendientes de Yolombó)[6].

En 2013, elle se réfugie dans la ville de Cali avec ses deux enfants à la suite de menaces de mort[2]. Elle est nommée représentante légale du Conseil communautaire des communautés afro-descendantes de La Toma à partir du 12 décembre 2016. Elle participe également aux assemblées permanentes déclarées par la communauté afro-descendante du Cauca, laquelle a exigé de l'INCODER (Instituto Colombiano de Desarrollo Rural, actuellement l'Agence nationale du territoire en Colombie) qu'elle protège les territoires ancestraux des communautés noires et de garantir des accès à la terre.

En 2014, elle entreprend des études de droit à Cali. Elle participe au forum interethnique et interculturel dans le nord du département du Cauca, forum lors duquel il est demandé au gouvernement d'arrêter les extractions minières illégales et d'octroyer des titres miniers sans consultation préalable sur des territoires ethniques. L'idée est ainsi de réaliser des actions qui permettraient d'identifier de possibles actes de corruption institutionnelle face aux extractions minières illégales qui contaminent le territoire et également de prendre en considération les nombreux accidents de personnes restées coincées sous la terre, dans les tunnels des mines.

Elle mène la « marche des turbans » en 2014 : elle entreprend avec 80 femmes une marche depuis le Cauca jusqu'à Bogota, soit environ 500 km, entre le 17 novembre et le 11 décembre. Sur place, le groupe milite encore pendant près de vingt jours devant le ministère de l'Intérieur[12]. Le but de cette mobilisation est de visibiliser les impacts que génère l'extraction minière illégale dans le département du Cauca, dont l'utilisation abondante du mercure a pour conséquence de contaminer l'eau et de détruire la biodiversité[9], et d'exiger du gouvernement de réaliser les actions nécessaires pour protéger le territoire et ses habitants, ainsi que lutter contre les menaces et déplacements forcées que subissent ceux qui dénoncent ces activités.

Pendant les négociations de paix entre le gouvernement colombien et la guérilla des FARC, elle fait partie d’une des délégations des victimes du conflit et participe à la rédaction de l’accord de paix, notamment sur le chapitre ethnique inclus dans les centaines de pages de l’accord[7]. Elle déclare qu'« on ne peut parler de paix lorsqu’il y a encore des victimes et sans stratégie pour préserver l’environnement[7] ». En 2016, elle participe au Sommet national agraire et populaire pour mettre en avant le vécu des victimes. En avril, elle voyage en Suisse pour dialoguer à propos des défis du processus des négociations de la paix en Colombie et des droits des peuples locaux afro-colombiens et indigènes.

Francia Marquez en 2016.

En 2015, elle participe à une assemblée permanente pour l'association des Conseils communautaires du nord du Cauca. Face aux menaces de mort qu'elle continue à recevoir, Francia Marquez exige alors de voir les accords préalablement passés se mettre concrètement en place entre le gouvernement et les populations locales afro-colombiennes et indigènes. Elle reçoit le Prix National de défense des Droits de l’Homme de la part de l'organisation suédoise Diakonia[11].

En 2017, elle ouvre à Cali un restaurant avec son fils et une cousine[11]. En mai 2017, elle voyage à Paris pour le 11e Forum CIRGL-OCDE-Groupe d’experts des Nations Unies sur les chaînes d’approvisionnement en minerais responsables[13]

En 2018, elle se présente au Congrès colombien pour le Conseil communautaire du fleuve Yurumangui, en collaboration avec le candidat à la présidence Gustavo Petro. Elle est récipiendaire du Prix Goldman pour l'environnement en 2018[7].

En 2021, elle écrit une lettre ouverte à la vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris, pour y dénoncer la violence et les atteintes multiples aux droits de l'homme dont sont victimes les Afros-colombiens et les autochtones colombiens[14].

Tentative d'assassinat[modifier | modifier le code]

Le 4 mai 2019, avec deux autres activistes, elle est victime d'un attentat perpétré à l'arme à feu et à la grenade, dans le département du Cauca. Deux gardes du corps ont été blessés[15]. Cet attentat est un exemple de l’inefficacité des programmes de protection mis en place par le gouvernement colombien.

Vice-présidente de la République de Colombie[modifier | modifier le code]

Elle est candidate à la vice-présidence du Pacte historique, aux côtés de Gustavo Petro, pour l'élection présidentielle colombienne de 2022[16]. Dans un pays historiquement gouverné par les conservateurs, elle contribue à imposer dans la campagne électorale des thèmes jusqu'ici absents du débat, comme le racisme et les inégalités sociales[9]. Ils remportent 40 % des voix au premier tour du scrutin et plus de 50 % au second. Le programme et le projet de campagne prévoient de lui attribuer le ministère de l'égalité pour les droits à l'égalité des femmes, de toute diversité sexuelle et de genre et des peuples exclus[17]. Avec Gustavo Petro, elle est investie le suivant.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Francia Márquez », sur Goldman Environmental Foundation (consulté le )
  2. a b et c Najet Benrabaa, « Racisme – Francia Márquez : « La société colombienne m’a appris à avoir honte d’être une femme noire » », sur jeuneafrique.com, (consulté le ).
  3. (en) « Francia Márquez - Goldman Environmental Foundation » (consulté le ).
  4. (en) « This Woman Who Saved Her Afro-Colombian Community's Land From Miners Won Prestigious Prize », (consulté le ).
  5. (en) Anastasia Moloney, « Death threats won't stop Colombian anti-mining activist », (consulté le ).
  6. a b et c « Les racines africaines de Francia Marquez, première vice-présidente afrodescendante de Colombie, ont nourri son action politique », sur Franceinfo, (consulté le )
  7. a b c et d Anne Proenza, « D’or et de sang, le combat de Francia Marquez pour les terres des Afro-Colombiens », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) Robert Valencia, « Francia Márquez, Renowned Afro-Colombian Activist: What Environmental Racism Means To Me », sur earthjustice.org, (consulté le ).
  9. a b c et d « Colombie : Francia Marquez, une Afro-Colombienne militante écologiste, bientôt vice-présidente ? », sur France 24, (consulté le )
  10. Anne Proenza, « L’irrésistible ascension de l’Afro-Colombienne Francia Marquez au sommet de l’Etat », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne Accès payant, consulté le )
  11. a b et c Sarah Nabli, « Francia Marquez, une femme au cœur de la lutte afrocolombienne », sur information.tv5monde.com, (consulté le ).
  12. « Rencontre avec Francia Márquez, Prix National pour la Défense des Droits Humains en Colombie », sur France Amérique Latine, (consulté le )
  13. Forum CIRGL-OCDE-Groupe d’experts des Nations Unies, « PROGRAMME 11ème Forum CIRGL-OCDE-Groupe d’experts des Nations Unies sur les chaînes d’approvisionnement en minerais responsables », sur OECD, 2-4 mai 2017 (consulté le )
  14. (en-US) « Goldman Prize Recipient and Renowned Afro-Colombian Activist Francia Márquez to Vice President Kamala Harris: "Afro-Colombian and Indigenous people are tired of being in the midst of violent confrontations" », sur Colombia Peace, (consulté le )
  15. « Le peuple afro-colombien veut aussi la paix », sur Le Courrier, (consulté le )
  16. « Es oficial: Francia Márquez será la fórmula vicepresidencial de Gustavo Petro. », sur elespectador.com,
  17. (es) « Francia Márquez: sería también ministra de la Igualdad », (consulté le )

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :